«A la frontière du pays fertile», de Michel Beretti, CHF 15.-

pays_fertile_m

C’est un groupe de jeunes gens. Des acteurs.Ils ont perdu qui son père, qui sa mère, qui son oncle, qui son frère… Mais comment s’en souviennent-ils puisqu’ils ont quitté le pays où cette guerre-ci se passe alors qu’ils avaient à peine ouvert leurs yeux d’enfants ? Ont-ils vus ? Leur a-t-on raconté ? Portent-ils en eux des images, des récits ? Ont-ils vu ces images à la télévision ? Ces images et ces lambeaux de guerre qu’ils trouvent partout à leur retour forcé au pays, que vont-ils faire dans le lieu improbable où ils répètent, inlassablement, une pièce qui doit témoigner d’un crime anachronique, celui de Petar Topoljski, revenu au pays lui aussi, et assassiné au nom d’un passé encore présent. Comment, au travers du jeu de théâtre, ces jeunes acteurs sauront-ils passer la frontière qui les sépare du « pays fertile », où mémoire et oubli se tiennent en équilibre ?  – (Gérald Chevrolet)

Publié à l’occasion de « Label de juin », 20ème anniversaire de l’Ecole de Théâtre Serge Martin, ce livre est le témoignage à la fois de l’état du texte à l’issue du travail et de l’expérience elle-même.
  • Egalement disponible :

« la danse atomique », de Gérald Chevrolet, CHF 15.-

danse_atomique_m

Un jeu cruel est organisé dans le plus vieux théâtre américain, le Play Booth Theater de Williamsburg, par un certain Adam Smith, le père du libéralisme économique.  Mais ce jeu se passe bien au XXIe siècle. Il a lieu sous l’oeil de nombreuses caméras, comme il se doit aujourd’hui. C’est, en effet, un genre de reality show avec ses coulisses d’une part et son spectacle où sont conviés des spectateurs d’autre part. On y jouera une énième version de Don Juan avec une distribution hétéroclite de personnages: Héraclès, l’Hydre, Orphée, Quasimodo, Komm (une pin-up), Moâ (le peuple) et, bien sûr, Don Juan.

Les participants apprennent en direct les règles du jeu: l’un d’entre eux doit mourir si les autres veulent toucher la prime d’un million de dollars chacun, et ils ont quarante-huit heures pour cela.

Voilà le piège dans lequel Gérald Chevrolet nous propose d’explorer notre monde qu’il qualifie de confusionnel. Son analyse et sa critique sont très pointues et, en bon dramaturge, il ne donne pas de solution mais nous alerte d’une façon assez radicale. Le mélange des temps, le mélange des genres (tous les personnages sont’ doubles), le mélange des sexes (Don Juan et Héraklès sont joués par des femmes, il y a un travesti), le mélange des espaces (la scène, les coulisses, la fosse d’orchestre, le parterre et le poulailler) nous invitent à un éclaircissement de chacun des participants à l’expérience d’Adam Smith. Celui-ci est traité dans la pièce comme un véritable génie avec ce qu’il peut comporter de sublime et de dangereux. Cette expérience va révéler les personnes face à leurs rôles et au système que Smith représente, le capitalisme pur et dur: on peut tout acheter, ou encore, on peut tout se payer lorsqu’on possède autant que Smith. Le jeu des acteurs s’en trouve démultiplié par les différentes facettes du « double », du « faux» et par l’enjeu à suspens que suscite l’expérience et sa confrontation avec la réalité. Nous sommes bien au théâtre, le lieu de tous les possibles. Alors, comment tout ça va finir? – (Serge Martin)

  • Egalement disponible :

«La peau de l’ange» / «Un seul moment d’oubli…» / «Babel oued and Co», de Serge Martin,  CHF 17.- envoi compris

la_peau_de_l_ange_m

Echapper au monde. L’écriture nous exclut momentanément du monde, tout comme la pratique du théâtre.

Les trois pièces réunies dans ce triptyque occasionnel traitent à leur façon de l’échappatoire, que ce soit seul face à soi-même, par l’imaginaire ou lors d’une odyssée vers une nouvelle Cité. Le temps ici s’est arrêté au moment du regard d’un Orphée sur Euridice, ou sur une absence momentanée du mot “être”, ou encore, dans “Babel oued and Co” ,par le fait de se trouver juste après une catastrophe.

C’est donc hors du temps que nous vous proposons ces trois voyages. Bonne route. – (Serge Martin)

  • Egalement disponible :

«La jetée des espoirs», Une pièce de Serge Martin primée par la Société Suisse des Auteurs en 2013.

(en précisant s’il vous plait votre nom, votre adresse et le nombre d’exemplaires souhaité)

Information sur l’Association écart : http://www.ecart.ch/@/